16/12/2006

Souvenirs de Cassandre 3

Ealish a été choisie ! Elle partira comme Céleste à Kulab, Conwenna n'est pas jugée assez puissante par le prêtre. Elle restera servante au temple pendant une année avant d'être à nouveau examinée. Ealish lui cache quelque chose, elle en est sûre. Elle a passé les épreuves avec une facilité déconcertante. Quoiqu'il en soit, le navire des prêtres viendra la prendre à l'été prochain, tandis qu'elle, Conwenna, restera au temple pour servir le prêtre. La vie est injuste ! Un an a passé, mais Conwenna ne satisfait toujours pas. Le prêtre semble désolé, il peut la renvoyer à la vie courante du village, mais il va trouver le père de la postulante. Kulab peut avoir une fonction pour Conwenna, après tout, elle possède le pouvoir en elle, il n'est juste pas assez éveillé pour qu'elle puisse s'en servir. Il n'en sera pas de même pour ses enfants, si elle s'accouple avec un des prêtres. Deux cent pièces d'or contre la renonciation des droits parentaux. Deux cent pièces d'or qui permettront à son frère de s'établir et à son père de faire affaire avec les trois sœurs d'Ygria dont le commerce d'étoffe commence à prendre de l'ampleur. Le père demande un délai de réflexion, le prêtre lui laisse jusqu'au matin. Au chant du coq, le père signe l'acte de renonciation en présence du prêtre, du Yarl et du scribe, désormais Conwenna appartient à Kulab où elle sera intégrée au Gynécée. Trois jours plus tard, un autre navire de Kulab accoste et les visages de fer entraînent une jeune fille aux rêves brisés vers son destin. Le navire n'arrivera jamais à Kulab. Après des semaines de voyage, il fait halte à Farlandia et Conwenna et ses compagnes d'infortune sont débarquées pour être vendues en place publique. Le gynécée de Kulab n'a jamais eu besoin d'eux. Un tel endroit ne peut être réservé qu'aux Célestes et aux Bardes accouplés selon les ordres des prêtres. La vente des postulants rejetés permet aux prêtres de faire gonfler les caisses de Kulab. Cette pratique est vieille de plus trente ans. Le Haut-roi précédent n'en a jamais eu vent, pas plus que celui-ci. Après tout, qui oserait enquêter sur les prêtres ? Ne sont-ils pas le second pouvoir en Ayngean ? Conwenna est achetée par l'intendant d'Abbas al-Ashrouf, un des trois maîtres de Farlandia. L'ancêtre d'Abbas al-Ashrouf fut un des premiers caravaniers venu d'Ohr à s'être installé à Farlandia et y avoir créé un comptoir avec trois autres marchands. Ce comptoir devint très vite populaire, surtout à cause des marchandises exotiques que l'on y vendait. Peu à peu, le comptoir devint marché, le marché un carrefour commercial, le carrefour commercial une ville franche. Le Haut-roi Caedmon finit par reconnaître Farlandia comme port de commerce et y autorisa les marchés aux esclaves pour faire pression sur ceux du Maraskan, généralement "oublieux" de verser les taxes exhorbitantes qui les autorisent à vendre des êtres humains.

21:45 Écrit par Masque dans Cycle 1 | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

29/07/2005

Chapitre 2 : Cassandre Descrieux

Pâques enfin !

Marie est arrivée hier soir super agitée. On a parlé toute une partie de la nuit, je lui ai présenté Bruno qu'elle n'a pas arrêté de manger du regard, j'en étais gênée.

Après un réveil aussi pénible que tardif, nous avons décidé d'aller piquer une tête au "Calypso", notre bassin de natation fétiche depuis nos études à l'ULB. J'avais oublié combien c'était agréable de se laisser porter par l'eau sans penser à rien. Marie me dit toujours que je communie avec l'eau, c'est aujourd'hui que je me rend compte qu'elle n'a pas tout à fait tort.

Une fois ravigorées par notre séance de natation, nous avons été manger un bout au "Pickwick", avenue Buyl, autre lieu de souvenirs. Steak archiduc, pommes de terre vapeur pour moi, côtes d'agneau vert pré pour elle, un pichet d'un demi-litre de rouge pour nous deux. Vite avalé, addition réglée et nous voilà partie à l'assaut du grenier.

Dieu ! Quel fouillis lorsque nous sommes entrées ! Des malles, des anciens meubles. Un travail de titan en perspective pour faire le tri de tout cela. Armées de courage, nous nous sommes attelées à la tâche, nous avions monté ma radio-cd et mes cd de Pink Floyd. Souvenirs des périodes de bloque lorsque nous étions à la fac et que nos cerveaux étaient sous le point d'exploser.

Alors que nous beuglons "we don't need no education, we don't need no tought control…", j'ouvre un des meubles après avoir vidé deux malles d'objets étranges : robes de lin, couronnes de laurier séchées, divers ustensiles en bois, tablettes de pierre sur lesquelles sont gravés les mêmes signes que dans le carnet, je trouve des papiers officiels datant du début du vingtième siècle, un acte de propriété, encore un, pour cette villa en Italie et un autre…pour le château de Jannée. Dites-moi que je rêve, ils sont tous deux établis au nom de Catherine Alane, mon arrière grand-mère paternelle et au nom de Mathilde Snelly…l'arrière grand-mère de Marie. Sous le coup de l'émotion, nous sommes restées à nous regarder comme deux ronds de flanc pendant quelques minutes avant de poursuivre nos fouilles dans la plus grande expectative.

Dans un des tiroirs, nous avons fini par trouver une sorte de registre. Sur la première page il était juste écrit : "Ceci est l'histoire de Cassandre Descrieux, qu'elle serve de mise en garde pour celles à venir qui aurait à la crosier sur leur chemin". Nous nous installons sur une des malles et commençons la lecture

12 février 1710 château de Jannée, région de Ciney

Naissance de Cassandre Emilienne Louise Ghislaine Descrieux

L'accouchement s'annonce mal. Claire, la future maman, est de constitution fragile, elle a déjà fait trois fausses couches auparavant et s'apprête à donner naissance à un enfant, un mois avant le terme. Aucun médecin n'est présent, car l'orage et les pluies torrentielles ont rendu les routes impraticables. Le travail a commencé vers 10h, lorsque le soir tombe à 18h30, l'enfant ne s'est toujours pas présenté. Adrien, époux de Claire et intendant du château commence à craindre le pire. La mère et l'enfant vont certainement trépasser si le maître des lieux ne s'en mêle pas.

Le château appartient à Casimir Maleyvi, un seigneur étranger dont la famille a fait sortir le château de terre sur l'emplacement d'un donjon du XIIe siècle en ruine. Dans la région, on le soupçonne d'être un agent autrichien, mais nul ne lui fait des misères, car l'homme est un seigneur correct.

Casimir Maleyvi se rend auprès de Claire dès son arrivée au château et passe les trois quarts de la nuit auprès d'elle. Le 12, à trois heures du matin, Cassandre est née. La mère est faible, mais survivra, l'enfant quant à elle, se porte bien malgré le fait qu'elle soit prématurée.


10:33 Écrit par Masque dans Cycle 1 | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

28/07/2005

Glavin Nowless 1

Nouveau mystère, j'ai trouvé des brochures sur le château de Jannée, situé dans le Namurois… Le château est devenu un lieu d'hébergement et de fêtes diverses, mais il semble que grand-mère n'était pas intéressée par le côté festif de l'endroit. Un petit carnet empli de signes inconnus était attaché aux brochures, on dirait des runes ou quelque chose du genre. Pourtant, jamais grand-mère ne m'a parlé de toutes ces choses. Intriguée, je suis retournée voir Bruno afin de lui demander son avis. Il m'aide à mettre les choses au clair et son opinion m'importe plus que je ne l'imaginais. Autre chose étrange, un homme se tenait devant le café de Bruno lorsque je suis arrivée. Plutôt grand, la trentaine, les cheveux noirs coupés courts, assez séduisant. Lorsque je me suis approchée, il m'a dévisagée étrangement, je lui ai demandé ce qu'il désirait et il m'a dit avoir rendez-vous avec Claire Manguel…

- Gand-mère est décédée depuis deux mois, monsieur ?

Il a paru surpris de cette nouvelle

- Depuis deux mois ? Mais… c'est impossible, ça ne devait pas se passer comme ça !

Tout à fait le genre de discours qu'il me fallait en ce moment…

- Que voulez-vous dire ? Et qui êtes-vous ?

- Elle ne vous a rien dit de moi ?

Il est bouché celui-là

- Non, j'ignore qui vous êtes et je ne comprend rien à votre discours !!! Alors, cessez de parler par énigmes et répondez-moi avant que je ne fasse un malheur !!!

- Excusez-moi, je me nomme Galvin Nowless, j'étais un…ami de votre grand-mère.

- Enchantée. Je n'ai pas trouvé votre nom dans son carnet d'adresse, sinon je vous aurais fait parvenir un faire-part de décès.

- C'est que je n'ai pas vraiment d'adresse… Je voyage pas mal.

- Ah… d'accord.

Ce bonhomme est étrange, pas antipathique, mais étrange. J'espère qu'il ne va pas m'annoncer qu'il était le gigolo de grand-mère sinon je pique une crise.

- Vous connaissiez grand-mère depuis longtemps, monsieur Nowless ?

- Un certain temps je dirais… C'est un peu long à expliquer.

Il se fout de moi là… Mais, il ne va pas s'en tirer comme ça le gaillard.

- Vous voulez entrer boire un café ? On parlera de grand-mère…

- Une prochaine fois peut-être, c'est très aimable à vous. Mais, j'ai des affaires à régler qui ne peuvent attendre. Je reviendrai bientôt je vous le promet.

Avant que j'ai eu le temps de protester, il avait tourné les talons et s'était enfoncé dans les rues en direction du Sablon. Me voilà avec des questions supplémentaires et pas plus de réponses. Ça m'énerve toute cette histoire !!!



18:40 Écrit par Masque dans Cycle 1 | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |