12/01/2007

Réveil du pouvoir

Jocaste recule sous l'impact de cette phrase comme si on l'avait frappée.

-Assez ! Assez ! Vous n'avez pas besoin de me menacer ou de faire usage de la voix contre moi. Je sers Jérôme De Khudil, il est vrai, mais c'est un maître honorable et respectable.

-Un vampire ! Inconsciemment Cassandre durcit le ton, ce qui semble affliger la servante.

-Pitié, dame ! hurle presque la petite femme qui semble avoir du mal à tenir droite. Jérôme de De Khudil est homme d'honneur, il respecte les traditions et respecte les anciens rites.

-Qui essayes-tu de convaincre, Jocaste ? Moi ou toi-même ?

Jocaste baisse la tête, silencieuse, semblant ne pas comprendre ce qu'il lui arrive.

-Je vais vous mener aux thermes de la fondation. Vous pourrez vous y laver.

Cassandre s'apprête à bondir de joie intérieurement, lorsque quelque chose l'arrête. Jocaste, sous son air soumis, lui tend un piège. Elle fait appel à sa mémoire et revoit le Sanctuaire. Ses rivières, son lac, ses prêtresses qui se lavaient dehors le matin en louant la Déesse.

-Des Thermes ! crache alors Cassandre. Tu veux que je me lave dans un endroit clos ? Me prends-tu pour une sotte Jocaste ? Crois-tu que je vais quitter une prison, pour aller m'enfermer dans une autre ?

La petite femme pousse un gémissement.

-Je m'excuse, dame. J'obéis aux ordres qui me sont donnés.

-Les ordres ? Cherches-tu vraiment à me courroucer plus ? Veux-tu que je te balaie hors de mon regard ?

Un vent glacé se met soudain à souffler autour de la servante qui ouvre des yeux terrifiés. Cassandre, elle-même, est surprise par cela, mais n'en laisse rien paraître et continue comme si tout cela était parfaitement naturel.

-Assez ! hurle Jocaste. Cela ne se peut ! Cet endroit est protégé contre la magie !

-Pas contre la magie des wiccan il semblerait ! Retiens bien cette leçon, Jocaste et maintenant, mène-moi à un endroit correct où je puisse me laver, avant que je ne perde mon calme.

Jocaste blêmit et laisse passer Cassandre.

-Pardonnez-moi, dame, cela ne se reproduira plus.

En entendant la servante prononcer cette phrase, Cassandre frissonne. Elle a maté Jocaste. Elle ne comprend toujours pas comment ce vent s'est soudainement levé, mais cela a peu d'importance, car maintenant, la servante est persuadée avoir à faire à une vraie wicca et elle ne manquera pas d'en faire part à son maître. Tout en parcourant les longs couloirs, Cassandre étudie les lieux et se laisse imprégner par le pouvoir qui en émane. Cet endroit lui rappelle quelque chose sans qu'elle sache quoi exactement, mais elle décide de ne pas s'y attarder afin de ne pas éveiller les soupçons de sa guide. Après être montée de deux étages, Cassandre arrive, toujours sous la surveillance de Jocaste et du garde qui leur a emboîté le pas depuis qu'elle a quitté sa cellule, dans un jardin sis dans une cour intérieure à ciel ouvert. Le jardin est magnifique, une cascade sort d'un des murs faisant couler une eau limpide qui forme une petite rivière qui se jette dans un lac artificiel. Devant tant de beauté, la jeune femme est sous le charme.

14:07 Écrit par Masque dans Cycle 1 | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

04/01/2007

Cassandre et Jocaste

Lorsque Cassandre s'éveille au matin, sa vision des choses lui paraît plus claire. Elle sait maintenant que la magie qui coule en elle est puissante, parce que celle de Conwenna y coule en même temps. Etrange, car logiquement, le pouvoir de Conwenna devrait avoir disparu avec elle. Elle sent qu'un événement terrible a précipité la fin de la Kaya Khadiyin, peut-être lié à ce comte de Derhvan. Mais, au-delà de cela, elle comprend enfin que la toile qu'elle a vue chez Lachésis est la toile des destins qu'elle a vécu dans ce monde et dans d'autres et que celui d'Anturia a une importance majeure dans sa vie. Elle se lève et s'approche du judas, puis frappe un coup sur la porte. Quelques secondes plus tard, le guichet s'ouvre.

- oui ? demande le garde

- J'ai faim et voudrais me laver s'il vous plaît. Je ne sais pas chez vous, mais pour moi l'hygiène corporelle est très importante.

Le garde semble interloqué par la demande de la prisonnière.

- Je vais faire prévenir dame Jocaste.

- Eh bien, faites mon brave. Je vous en prie, répond Cassandre d'un ton sans appel.

Le garde, de plus en plus abasourdi, referme le guichet et s'éloigne. Cassandre respire à fond, si Jocaste doit être prévenue, c'est que Jérôme de De Khudil a décidé de faire de son cas une affaire personnelle.

- (C'est vraiment le jeu du chat et de la souris, mais je ne compte pas être croquée par ce vampire).

Moins de cinq minutes plus tard, le porte de la cellule s'ouvre laissant apparaître Jocaste affichant un air méfiant.

- Il paraît que vous souhaitez vous laver ?

- Bonjour à vous, Jocaste, réplique Cassandre d'un ton badin, je souhaiterais effectivement pouvoir me laver. Comme vous le savez, la toilette est un moment important chez les wiccan.

Cette phrase fait tiquer la petite femme.

- Vous continuez à vous prétendre Wicca, alors ?

- Je ne prétend rien, Jocaste ! répond Cassandre d'une voix dure comme l'acier. Je ne fais qu'énoncer ce qui est. Je suis une Wicca. J'ai passé les épreuves, ai été la Déesse lors de Beltane, ai suivi les enseignements du Sanctuaire. Mettriez-vous ma parole en doute, servante d'un vampire ?

22:55 Écrit par Masque dans Cycle 1 | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

29/12/2006

Conwenna au harem

L'arrivée de Conwenna dans le harem d'Abbas al-Ashrouf ne se passe pas sans heurts. La jeune fille a toujours eu un tempérament rebelle et les semaines passées en bateau sous la surveillance des gardes blancs et des prêtresses n'a pas amélioré son humeur, pas plus que d'être vendue en place publique, sa nudité exposée au regard de tous. Elle hurle comme une possédée lorsque les portes du palais al-Ashrouf se referment derrière elle, clame sa liberté, son droit à une existence de son choix. Trois eunuques essayent de la maintenir tranquille, elle en blesse deux à la machoîre et éborgne presque le troisième. C'est à ce moment qu'apparaît Selim, le chef des eunuques qui sera le guide et l'artisan de la réussite de Conwenna au sein du sérail. C'est Selim qui prononce la phrase qui va glacer la jeune fille jusqu'aux os : "qu'as-tu ? Tu voudrais retourner vivre dans ton petit village de Glennan, et être l'épouse d'un de ces marins aventuriers qui ne sont chez eux que pour engrosser leur femme. Ici, tu vas vivre une vie de volupté et si tu donnes un enfant au maître, tu seras d'autant mieux traitée… Crois-moi, même les célestes ne sont pas aussi bien traitées que les femmes de ce gynécée. Mais si tu souhaites sortir d'ici sans la permission du maître, alors fais la paix avec toi-même et apprête-toi à sentir le sabre qui décollera ta tête du reste de ton corps." Conwenna doit bien se résigner, c'est vivre dans ce harem ou mourir immédiatement. Un court instant, elle se demande si la mort n'est pas préférable à cette vie qui l'attend, mais alors une vision l'envahit alors qu'elle traverse la cour menant au dortoir des nouvelles venues, elle voit la terrasse des appartements de la première favorite du maître et comprend qu'un jour ce sera elle qui y vivra. Je régnerai en souveraine sur cet endroit, je le sais, je le vois. Elle comprend aussi que ce n'est pas en ruant dans les brancards qu'elle parviendra à ses fins, alors elle décide de ne plus se rebeller et accepte tous les enseignements du harem.

13:08 Écrit par Masque dans Cycle 1 | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |