21/10/2005

Le passé de Jacques fin

La comédie avait duré un an sans que les marchands ne soient inquiétés par le pouvoir royal. Cependant, un an jour pour jour après son audience secrète, Ripas fut à nouveau invité de façon tout à fait officieuse au palais. Le Haut-roi avait réuni un conseil restreint composé de sa personne et de trois proches en qui il avait pleine confiance, c'est ainsi que Tybald entra pour la première fois en rapport avec elle. Le but de ce conseil était de définir une politique au sujet de la corruption régnante au sein de la Guilde, Adrian cachait bien son jeu sous ses airs de roi aimant la fête, les femmes et le vin, il avait donné l'illusion d'un roi qui ne s'intéressait pas au pouvoir alors que dans l'ombre, il savait tout ce qu'il se passait en son royaume. A cinq, ils dicutèrent longuement de la manière de procéder et c'est Ripas qui suggéra que forcer à coopérer certains membres de la Guilde de façon occulte serait préférable à une vague d'arrestations qui ne ferait que rendre les marchands plus prudents dans leurs machinations et c'est à l'unanimité que la proposition fut acceptée et mise en œuvre. Tybald était le bras armé, Heleazar, vieux sage et ancien chef de l'administration royale sous Kheïne venait les trouver avec le marché en main, coopérer avec l'administration royale ou se voir confisquer tous ses biens et aller croupir dans une geôle de la forteresse de Khum en attendant que l'administration royale traite son dossier et convoque un tribunal, mais tout le monde connaît la lenteur de cette vénérable institution et nul ne sait le nombre d'années, voir de décades que cela demanderait. Pour les fautifs, le message était clair et aucun d'entre eux ne s'y trompa, quant à Ripas, il fut nommé licteur et poursuivit sa comédie de fonctionnaire corruptible.- Une garantie ? - Je ne suis pas arrivé jusqu'à ma position grâce à la seule parole donnée, Jaka. Vous désirez payer pour mes services, soit, mais il me faut une garantie qui me protège d'une éventuelle crise de conscience de la part de vos pairs. Vous savez ce qui est arrivé aux trois marchands égrans qui ont été surpris en train de vendre leurs produits sur les marchés de Mabukle munis de fausses autorisations de la Guilde des marchands. Je n'ai pas envie d'aller croupir à Khum…Jaka fronça les sourcils.- Très bien, que désirez-vous ?- Une avance en or… - Une avance ?- Oui, trois nervan, en lingots, dont un marqué du sceau de Kulab.Le prêtre grimaça mai saisit la besace que transportait Geraint lors de leurs déplacements et en sortit trois petits lingots, il récita une courte incantation au-dessus de l'un d'eux et y apposa le sceau demandé. Il posa le tout devant Ripas qui prit le lingot marqué en souriant.- Porté à bonne température pour le marquage par magie, impressionnant… - Etes-vous satisfait à présent ?- Plus encore que vous ne le croyez.Cette phrase serra l'estomac de Jaka. Un piège ! Ripas leur avait tendu un piège. Il vit avec stupeur Geraint s'effondrer dans une torpeur magique et les deux danseuses révéler leur vraie nature : des prêtresses d'Aïnur. Ensuite, le comte Tybald surgit dans la pièce en compagnie de quatre de ses drakkons et Jaka comprit qu'il était fait. On lui avait agité un appât sous le nez et il s'était laissé prendre comme un novice. Il se laissa entraver sans mot dire et suivit le comte en se consolant sur le succès de ses voyages précédents. Le comte et ses hommes le placèrent dans une charrette grillagée, les mêmes charrettes que celles utilisées sur les marchés aux esclaves de Farlandia. Allongé près de lui, Geraint était toujours inconscient. Jaka regarda le paysage défiler et fut surpris de constater que le convoi ne prenait pas la direction du palais royal. Était-il possible qu'on le conduise directement à Khum ? La réputation de la forteresse lui glaçait le sang, la rumeur prétendait qu'on pouvait disparaître à jamais, oublié de tous, une fois franchi la dernière des trois lourdes herses qui ne s'ouvre qu'après que le pont d'accès soit relevé. Mais, ils ne prirent pas la direction des monts de la tête noire non plus. C'est en arrivant près d'une pierre levée que Jaka réalisa que la question appropriée n'était pas "où allaient-ils l'emmener ?", mais bien "quand". Une des prêtresse tendit les bras vers la pierre et se mit à incanter dans la langue enseignée par le Premier. Cette langue que seuls ceux qui partaient étudier à Aïnur comprenaient et pratiquaient au quotidien. Le paysage sembla changer de forme et devint trouble un court instant avant de changer du tout au tout. Lorsque tout fut à nouveau net, ils étaient sur l'île abritant le sanctuaire originel. Les jours suivants furent plus que pénibles pour le prêtre et son acolyte. Les mages d'Aïnur les avait soumis plusieurs fois au miroir de vérité et avaient consigné ce que l'eau sacrée avait reflété lors des différents interrogatoires. A présent, ceux d'Aïnur connaissait l'existence de Ghilad et de la pyramide de la forêt d'Axivarnia. Jaka et Geraint furent exilés à Ghuslin, un monde réservé à ceux qui avaient été condamnés à l'oubli.

18:43 Écrit par Masque | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

Commentaires

Enfin tu es revenu Tu nous a manqués. Bibises, bonne nuit, les étoiles.

Écrit par : Nicky | 23/10/2005

ligoté ! Par curiosité j'ai ouvert ce lien en bas de ton profil... Et comme je vais en avoir pour des heures à tout lire, je t'ai rajouté aux liens de mon site

Écrit par : lledelwin | 25/10/2005

bonne lecture je vais te mettre en lien également

Écrit par : le doge | 25/10/2005

Les commentaires sont fermés.