12/09/2005

Le passé de Jacques 4

La traque de Tybald porta ses fruits lorsque Jaka et Geraint arrivèrent à l'époque où, logiquement, les prêtres auraient dû être confondus par le comte et les mages d'Aïnur. Cette section du temps avait déjà été altérée suite à la visite de Ferox et de trois autres prêtres à la pyramide de la forêt d'Axirvania, y revenir présentait donc un risque dont les prêtres ignoraient tout. Ainsi, lorsque les deux émissaires de Ferox y survinrent, le comte les repéra sans mal, mais détecta également l'anomalie qui y régnait. Pour la première fois, le chef des Protecteurs runiques d'Aïnur prit conscience de l'existence d'en ennemi autrement plus dangereux que les prêtres.  

         Le comte de Nurborg concentra d'abord ses efforts sur ses cibles initales, et leur tendit un piège afin de les confondre et pouvoir enfin révéler le vrai visage des prêtres de Kubal. Tybald fit propager de fausses rumeurs venant du passé accusant un licteur d'être trop favorable envers la Guilde des Marchands et surtout trop avide de son or. Jaka ne pouvait rêver meilleur cible et décida d'aller trouver le fonctionnaire royal avec la ferme intention de le persuader d'être d'aussi bonne composition avec les prêtres.

         Jaka et Geraint se rendirent donc au domicile du licteur un soir quelques temps avant Samhain. Le vent froid soufflait dans les rues de Therag, les rues étaient désertes, l'hiver s'annonçait de façon précoce. Geraint s'était plaint de l'empressement de son compagnon à cause d'une garce rencontrée dans une des tavernes du port gris. La fille lui avait donné son prix et il l'avait trouvé fort raisonnable, mais Jaka voulait conclure l'affaire au plus vite à cause d'un pressentiment qui le taraudait depuis qu'ils étaient arrivés dans cette époque-ci. Geraint avait donc du repousser l'assaut prévu et avait accepté de suivre le prêtre de mauvaise grâce. Ils grommelait donc en pensant à l'occasion manquée et en maudissant la Déesse d'être aussi mal disposée envers eux en leur faisant déjà subir les tracas de l'hiver.

         Lorsqu'ils arrivèrent à la demeure du licteur, ils furent reçus immédiatement par le maître des lieux ce qui accentua le malaise de Jakka. Il eut l'impression que cet homme les attendait car des plats étaient disposés dans la pièce où il les conduisit, ainsi que deux danseuses remarquablement attirantes. Ce spectacle fit cesser les ronchonnements de Geraint qui alla directement vers les deux créatures fort peu vêtues et dont les quelques voiles qui leur servaient d'habits ne cachaient rien de leur corps sublime.

         Tandis que le visage de fer mangeait et batifolait, Jaka sonda leur hôte et le trouva tout disposé à entendre sa proposition. En temps normal, cela l'eut enchanté, mais l'impression de danger qu'il ressentait s'accentua. Le fonctionnaire royal parut sentir le trouble de son invité et lança la phrase qui allait perdre le prêtre :

-         Je sais pour les marchés de Farlandia et de Py Hertung

Jaka manqua de s'étouffer avec le vin qu'il buvait.

-         Qu'avez-vous dit ?

-         Que je connais l'existence des navires à la voile orange…

Le prêtre sentit une sueur froide lui couler dans le dos.

-         J'ignore de quoi vous parlez…

-         Ah ? Vraiment ? Cela est étonnant pour un homme qui a déjà conclu plusieurs tractactions avec Cestus Galva, le plus grand marchand d'esclaves de Rokuma…

De pâle, Jaka devint livide.

-         Vous n'avez rien à craindre de moi, Jaka… Ce que vous faites de ces filles m'importe guère, mais bientôt vous serez obligés de traiter avec la Guilde des Marchands qui voit vos navires d'un très mauvais œil. Certains parlent même de sceller un accord avec les Rokumans pour saisir vos navires…

A ces mots, Jaka eut un coup au cœur. Voilà donc toute l'origine de leurs ennuis : la Guilde des Marchands. Peut-être avait-il trouvé là une occasion de faire tourner à nouveau la roue de la fortune en faveur de Kubal. En vue de cette perspective, le prêtre en oublie sa méfiance et décide de faire pleinement confiance au licteur.

-         Nous vous proposons dix nervan d'or par décision que vous faites infléchir en faveur de Kulab, plus un pourcentage annuel sur les convois si vous arrangez les choses avec la Guilde…

Le licteur fit mine de réflechir, tandis que Tybald retient son souffle dans une pièce voisine. Dix nervan d'or… la solde annuelle d'un scribe pour une décision administrative en faveur de Kulab et de ses prêtres. Le comte a du mal à en croire ses oreilles, il se doutait que les prêtres possédaient une fortune dont nul ne savait rien à Therag ou presque, mais à entendre la proposition de Jaka, la cité des prêtres serait plus riche que la cour royale. Le commerce d'esclave est rentable, certes, mais à ce point, Tyblad n'en est pas convaincu. Une autre force se dessine derrière toute cette histoire, une force manipulant la magie primaire, celle capable de changer les évenements, celle que le Premier avait enseigné en faisant d'Aïnur un sanctuaire.

-         Dix nervan d'or… c'est une jolie somme pour signer quelques parchemins ou modifier l'un ou l'autre papyrus. Mais quelle garantie ai-je que vous tiendrez votre parole Jaka ?

Tybad sourit, il savait qu'il avait bien choisi son homme en la personne du débonnaire Ripas. Ce fils de pêcheur s'était élevé vers les sommets de l'administration à grande vitesse. Il avait découvert les accords secrets entre la Guilde des marchands et les pirates égrans pour obliger les petits marchands indépendants à rejoindre la puissante organisation et leur verser le tribut annuel garantissant leur protection et leur facilité d'accès aux marchés d'Egrankar et de Rokuma. Ripas avait tout rapporté au Haut-roi en audience privée et le souverain avait ordonné à ce scribe de faire semblant de se laisser corrompre par la Guilde pour mieux les surveiller. Le fonctionnaire avait obéi à l'ordre royal et s'était mis à vivre bien au-dessus de ses moyens grâce à un stratagème connu de lui seul. Il s'était mis à fréquenter les mêmes lieux que les puissants armateurs et marchands de la Guilde, les avait aidé à remplir des documents compliqués que l'administration du palais venait de mettre en circulation sur son conseil et les avait aidé à berner les scribes du trésor, tout en tenant une comptabilité exacte de tous les biens de ces puissants personnage.


18:31 Écrit par Masque | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

10/09/2005

Le passé de Jacques 3

Si Jaka remplit sa mission à la perfection en parvenant à rendre plusieurs licteurs soucieux de satisfaire les demandes émanant de Kubal, il ne réalisa pas que ses voyages dans le passé de la ville allait attirer l'attention des prêtresses d'Aïnur.

Le passage entre les mondes était un chose connue des habitants du sanctuaire originel depuis que le Premier était arrivé à Narinya et qu'il avait dispensé son enseignement sur Aïnur. Plusieurs prêtresses remarquèrent des distorsions dans la tapisserie de Therag et en informèrent les mages et les protecteurs runiques. Un messager fut dépêché à Drimaïr, capitale du comté de Nurborg, afin d'avertir le comte Tybald que quelque chose d'anormal se produisait dans la capitale.

Le comte se mit alors en chasse et parcourut à son tour les couloirs du temps dans Therag. Pour un être qui a appris à se tenir hors du temps et dont la mémoire n'a donc pas été altérée par les changements provoqués par les manipulations de Jaka, retrouver les anomalies détectées par les prêtresses fut assez aisé. Le comte et deux de ses drakkons traquèrent le prêtre et son acolyte mais lorsqu'il réalisa que c'était un simple prêtre de Kubal qui était responsable de ces événements, il réalisa que quelque chose n'était pas logique. Depuis quand les prêtres de Kubal maîtrisaient-ils le voyage entre les mondes et surtout le voyage dans le temps ?    

 

            Je romps le lien avec Jaka, ma tête va exploser. Il s'est effondré dans un fauteuil, sans réactions. Je n'ai pas encore toutes les réponses que je desirais, mais je commence à mieux situer l'ampleur de la lutte dans laquelle nous sommes engagés. Je sais que Gawain a tout vu cette fois-ci, j'ai senti son esprit rejoindre le mien lorsque j'ai établi le contact avec le laquais de Ghilad.

-          Tu connais tous ces endroits ?

-          Aïnur seulement. Tybald m'y a emmené une fois.

-          Tu savais tout ce qu'on vient de voir ?

-          Pas tout, non…

-          Je me demande à quel moment cet enfoiré s'est substitué à mon père.

-          Je ne pense pas qu'il te le dira volontairement.

-          Voilà la phrase que je redoutais d'entendre. Mais, je ne me sens pas assez forte pour recommencer tout de suite. J'ai l'impression qu'on a joué au rugby avec ma tête.

-          Quand as-tu appris à maîtriser la Vision ?

-          Jamais.

-          Comment ça, jamais ?

-          C'est la première fois que je faisais ça, je me suis servie des souvenirs de Clarice… Enfin, je crois. Ça et un autre truc, mais tu vas te moquer de moi.

-          Dis toujours, mais c'est trop surprenant pour que j'ai envie de me moquer jusqu'à présent.

-          J'ai repensé à un truc que Sandra m'avait dit en me racontant la visite de son père. A un moment, son pouvoir a presque étouffé son père et elle ne savait pas quoi faire. Elle a repensé aux Jedi dans la saga Star Wars et s'est servie de ça pour "voir" quoi faire avec son pouvoir, j'ai fait pareil.

Ma réponse semble le laisser perplexe, puis il hausse les épaules.

-          Après tout, pourquoi pas ?

-          Pourquoi pas ?

-          Oui, ce truc de Jedi… Chaque époque a ses contes et sa magie. La saga de Georges Lucas contient une grande part d'idées déjà utilisées au Moyen âge. La quête du Bien, les preux chevaliers, les nobles dames, les enchanteurs… Il a juste transposé ça dans un univers spatial et ça stimule l'imaginaire actuel. C'est cela que Ghilad et ses sbires n'ont pas compris et que certains des nôtres refusent d'admettre, la Magie change de visage, elle évolue avec la société.

-          Que veux-tu dire ?

-          Qu'autrefois, la Magie était incarnée par les mages ou autres enchanteurs, maintenant elle l'est par des guerriers vêtus de bruns brandissant des sabres laser.

-          Je n'avais vu jamais les choses ainsi… Ce serait intéressant à replacer lors d'un séminaire de psychologie. Donc, selon toi, on donne à la Magie la forme qu'on veut ?

-          Oui.

-          Mais alors, l'Initiation et tout le reste ?

-          Te sert à apprendre à la contrôler et surtout à la comprendre.

-          Je vois… Tu crois que je pourrais encore me servir de la Vision maintenant ?

-          Si tu canalises bien ton énergie, oui.

-          Proche est le côté obscur, trouble est ce qui nous entoure…

-          Pardon ?

Son air ébahi me fait rire.

-          Laisse tomber, je me prends pour maître Yoda…

Il grimace comme s'il se sentait soudain dépassé par la situation. Je me concentre à nouveau, essaye d'imaginer des courants d'énergie parcourant mon corps, respire lentement et me repolonge dans l'esprit de Jaka toujours inconscient.



22:54 Écrit par Masque | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

09/09/2005

le passé de Jacques 2

Malgré les instructions données aux Célestes envoyées à la cour royale au sujet des drakkons, Adrian ne se laissa pas convaincre de s'en débarrasser complètement. Autant par souci de sécurité que pour ne pas vexer le tout nouveau comte de Nurborg avec lequel il s'était lié d'amitié.

         Ainsi, les drakkons restèrent dans la capitale prêts à accompagner Adrian lorsqu'il quittait la cité royale. Lorsque la prince succéda à son père, les prêtres pensèrent que le nouveau Haut-roi allait enfin se séparer de ces soldats qui contrariaient leur avancée au sein de la cour depuis tant d'années, mais ils eurent à nouveau une déception lorsque le souverain annonça son intention de conserver en permanence un détachement de drakkon et de les élever au rang de corps d'armée et leur permettre ainsi de rejoindre l'ost en temps de guerre.

         Jaka salua le comte tout en essayant de ne pas montrer son trouble façe à ses gardes. Tybald lui rendit son salut.

-         C'était une belle plaidoirie que vous nous avez servie au conseil, Jaka. Vos talents d'orateur ne perdent pas leur force avec les années.

-         Votre seigneurie tente-t-ele de me faire comprendre quelque chose par ce compliment en demi-teinte ?

-         Ne jouez pas à ce jeu-là avec moi, Jaka. Je sais que vous êtes un des principaux "recruteurs" pour les marchés aux esclaves de Farlandia et de Kar Maran. Nous avons pris un de vos navires hier au large d'Aïnur, l'équipage a été questionné par les prêtresses de l'île, le capitaine a passé un moment avec deux mages. Son témoignage est édifiant.

Le prêtre blémit, le comte n'était pas habitué à mentir, il le savait.

-         Vous avez le choix Jaka : assumer seul les conséquences de ces révélations et affronter l'opprobre d'un jugement public ou vous repentir en nous aidant à faire cesser ce commerce odieux.

-         Et vous livrer tous ceux qui y sont impliqués je suppose ?

-         Oui.

-         Vous rendez-vous compte qu'un tiers des membres du conseil sont les complices tacites de ce "commerce" ?

Tybald tente de rester le plus stoïque possible. Un tiers ! Était-ce possible que la corruption ait touché autant de ses pairs ?

-         Ils seront remplacés par d'autres plus méritants. Leurs terres leur seront ôtées et de nouveaux comtes nommés par le Haut-roi. Quant aux prêtres qui ont participé à toute cette affaire, ils seront bannis de Narinya.

-         Bannis ?

-         Ils seront conduit à la forteresse de Khum où leurs souvenirs de Narinya seront effacés et envoyés dans d'autres mondes où ils seront condamnés à une vie de servitude.

-         L'exil… à jamais.

-         Soyez heureux que ce ne soit pas la mise à mort.

-         Mais ce que vous annoncez est pire que la mort.

-         A vos yeux peut-être, mais qu'est-ce-qu'à côté du sort de toutes ces jeunes femmes que vous avez vendues comme esclaves ?

Jaka baissa la tête, ensuite tout s'était emballé. L'arrestation, la destitution, la déchéance et c'eut été fini de la puissance de Kubal sans l'intervention de Ghilad. Car cette séance et cette conversation n'eurent jamais lieu et le navire capturé fut détourné grâce à l'anneau du titan que possédait l'archimage.

Lorsque Jaka revint de la pyramide en compagnie de Ferox, vénérable du conseil des prêtres de Kubal, il était chargé d'une mission, franchir les portes des mondes et porter des messages aux agents du maître de la pyramide de la forêt d'Axirvania et c'est ce qu'il avait fait, découvrant des mondes très différents du sien, se moquant du temps qui passait et pensant que Tybald ne pourrait jamais rien prouver puisque Ghilad protégeait Kubal.

Pourtant, les choses changèrent pour les prêtres trop confiants dans la protection de leur mystérieux allié, mais la menace ne vint pas du comté de Nurborg, mais de l'empire rukoman.

L'empereur Massus mourut au cours de sa onzième année de règne de la main du général Venoncius, foudre de guerre contrarié par l'attitude pacifique de son souverain. Le premier acte de Venoncius fut de lancer une campagne maritime contre les navires de Narinya. Ainsi, plusieurs transports d'esclaves furent capturés et leur marchandise saisie et vendue sur les marchés de Rokuma. Impossible pour les prêtres de se plaindre à la cour, mais pas question non plus de laisser les Rokumans continuer de les saigner à blanc en autorisant les corsaires de la mer du levant à mener la course contre leurs navires. Contrôler la noblesse était une chose, mais aucun comte ne pouvait prendre la mer avec des navires en armes sans autorisation du Haut-roi… Autorisation délivrée par l'administration royale composée des scribes et surtout des licteurs.

Jaka fut chargé de se rendre à Therag pour corrompre les licteurs qui occupaient des places startégiques et ce fut là que la première erreur, qui allait mettre Tybald sur le pied de guerre, fut commise. Pour "accélérer" les choses, Ferox ordonna à Jaka de se rendre dans le passé de Therag en compagnie de Geraint, un visage de fer familier de la ville.


18:51 Écrit par Masque | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |