12/09/2005

Le passé de Jacques 4

La traque de Tybald porta ses fruits lorsque Jaka et Geraint arrivèrent à l'époque où, logiquement, les prêtres auraient dû être confondus par le comte et les mages d'Aïnur. Cette section du temps avait déjà été altérée suite à la visite de Ferox et de trois autres prêtres à la pyramide de la forêt d'Axirvania, y revenir présentait donc un risque dont les prêtres ignoraient tout. Ainsi, lorsque les deux émissaires de Ferox y survinrent, le comte les repéra sans mal, mais détecta également l'anomalie qui y régnait. Pour la première fois, le chef des Protecteurs runiques d'Aïnur prit conscience de l'existence d'en ennemi autrement plus dangereux que les prêtres.  

         Le comte de Nurborg concentra d'abord ses efforts sur ses cibles initales, et leur tendit un piège afin de les confondre et pouvoir enfin révéler le vrai visage des prêtres de Kubal. Tybald fit propager de fausses rumeurs venant du passé accusant un licteur d'être trop favorable envers la Guilde des Marchands et surtout trop avide de son or. Jaka ne pouvait rêver meilleur cible et décida d'aller trouver le fonctionnaire royal avec la ferme intention de le persuader d'être d'aussi bonne composition avec les prêtres.

         Jaka et Geraint se rendirent donc au domicile du licteur un soir quelques temps avant Samhain. Le vent froid soufflait dans les rues de Therag, les rues étaient désertes, l'hiver s'annonçait de façon précoce. Geraint s'était plaint de l'empressement de son compagnon à cause d'une garce rencontrée dans une des tavernes du port gris. La fille lui avait donné son prix et il l'avait trouvé fort raisonnable, mais Jaka voulait conclure l'affaire au plus vite à cause d'un pressentiment qui le taraudait depuis qu'ils étaient arrivés dans cette époque-ci. Geraint avait donc du repousser l'assaut prévu et avait accepté de suivre le prêtre de mauvaise grâce. Ils grommelait donc en pensant à l'occasion manquée et en maudissant la Déesse d'être aussi mal disposée envers eux en leur faisant déjà subir les tracas de l'hiver.

         Lorsqu'ils arrivèrent à la demeure du licteur, ils furent reçus immédiatement par le maître des lieux ce qui accentua le malaise de Jakka. Il eut l'impression que cet homme les attendait car des plats étaient disposés dans la pièce où il les conduisit, ainsi que deux danseuses remarquablement attirantes. Ce spectacle fit cesser les ronchonnements de Geraint qui alla directement vers les deux créatures fort peu vêtues et dont les quelques voiles qui leur servaient d'habits ne cachaient rien de leur corps sublime.

         Tandis que le visage de fer mangeait et batifolait, Jaka sonda leur hôte et le trouva tout disposé à entendre sa proposition. En temps normal, cela l'eut enchanté, mais l'impression de danger qu'il ressentait s'accentua. Le fonctionnaire royal parut sentir le trouble de son invité et lança la phrase qui allait perdre le prêtre :

-         Je sais pour les marchés de Farlandia et de Py Hertung

Jaka manqua de s'étouffer avec le vin qu'il buvait.

-         Qu'avez-vous dit ?

-         Que je connais l'existence des navires à la voile orange…

Le prêtre sentit une sueur froide lui couler dans le dos.

-         J'ignore de quoi vous parlez…

-         Ah ? Vraiment ? Cela est étonnant pour un homme qui a déjà conclu plusieurs tractactions avec Cestus Galva, le plus grand marchand d'esclaves de Rokuma…

De pâle, Jaka devint livide.

-         Vous n'avez rien à craindre de moi, Jaka… Ce que vous faites de ces filles m'importe guère, mais bientôt vous serez obligés de traiter avec la Guilde des Marchands qui voit vos navires d'un très mauvais œil. Certains parlent même de sceller un accord avec les Rokumans pour saisir vos navires…

A ces mots, Jaka eut un coup au cœur. Voilà donc toute l'origine de leurs ennuis : la Guilde des Marchands. Peut-être avait-il trouvé là une occasion de faire tourner à nouveau la roue de la fortune en faveur de Kubal. En vue de cette perspective, le prêtre en oublie sa méfiance et décide de faire pleinement confiance au licteur.

-         Nous vous proposons dix nervan d'or par décision que vous faites infléchir en faveur de Kulab, plus un pourcentage annuel sur les convois si vous arrangez les choses avec la Guilde…

Le licteur fit mine de réflechir, tandis que Tybald retient son souffle dans une pièce voisine. Dix nervan d'or… la solde annuelle d'un scribe pour une décision administrative en faveur de Kulab et de ses prêtres. Le comte a du mal à en croire ses oreilles, il se doutait que les prêtres possédaient une fortune dont nul ne savait rien à Therag ou presque, mais à entendre la proposition de Jaka, la cité des prêtres serait plus riche que la cour royale. Le commerce d'esclave est rentable, certes, mais à ce point, Tyblad n'en est pas convaincu. Une autre force se dessine derrière toute cette histoire, une force manipulant la magie primaire, celle capable de changer les évenements, celle que le Premier avait enseigné en faisant d'Aïnur un sanctuaire.

-         Dix nervan d'or… c'est une jolie somme pour signer quelques parchemins ou modifier l'un ou l'autre papyrus. Mais quelle garantie ai-je que vous tiendrez votre parole Jaka ?

Tybad sourit, il savait qu'il avait bien choisi son homme en la personne du débonnaire Ripas. Ce fils de pêcheur s'était élevé vers les sommets de l'administration à grande vitesse. Il avait découvert les accords secrets entre la Guilde des marchands et les pirates égrans pour obliger les petits marchands indépendants à rejoindre la puissante organisation et leur verser le tribut annuel garantissant leur protection et leur facilité d'accès aux marchés d'Egrankar et de Rokuma. Ripas avait tout rapporté au Haut-roi en audience privée et le souverain avait ordonné à ce scribe de faire semblant de se laisser corrompre par la Guilde pour mieux les surveiller. Le fonctionnaire avait obéi à l'ordre royal et s'était mis à vivre bien au-dessus de ses moyens grâce à un stratagème connu de lui seul. Il s'était mis à fréquenter les mêmes lieux que les puissants armateurs et marchands de la Guilde, les avait aidé à remplir des documents compliqués que l'administration du palais venait de mettre en circulation sur son conseil et les avait aidé à berner les scribes du trésor, tout en tenant une comptabilité exacte de tous les biens de ces puissants personnage.


18:31 Écrit par Masque | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

Commentaires

Coucou!! Bibises et bonne journée les étoiles***** bisou à Gabriel* de Gabriel*

Écrit par : Nicky | 16/09/2005

lecture je viens de lire ce que tu as ecrit j'aime beaucoup
vivement que tu est le temps de mettre la suite
merci pour ce moment passer

Écrit par : MYTHRIL | 24/09/2005

passionant ... Hello ! Toujours aussi chouette ce blog ! Quelle foison de personnages et d'âmes tortueuses ... ! Mais je n'y vois aucune allusion à feu notre club ?
Ben, the past-President of the Sodomites Baveux

Écrit par : Benoît | 02/10/2005

enfin de retour !!! je désespérais
merci pour les explications
j'ai fait ce que j'ai pu avec les moyens dont je dispose ...
merci encore !

Écrit par : pommefraise | 15/10/2005

Les commentaires sont fermés.