23/08/2005

Chapitre 9 : L'avancée des Ombres, le réveil des Protecteurs

Chapitre 9 :  L'avancée des Ombres, le réveil des Protecteurs

 

            Marie avait réfléchi toute la nuit, Theobaldus avait demandé à les rencontrer ce soir, mais ses congés se terminaient demain et elle voulait absolument parler à son père avant la reprise. Une partie du mystère était entre ses mains et la confrontation devenait inévitable.

            Lasse de se retourner dans son lit, elle se leva et alla au salon pour profiter du spectacle de la rue. Elle resta derrière la vitre sans allumer et laissa son regard vagabonder sans but précis. Le jour n'était pas encore levé et le quartier est encore calme. Soudain, elle le vit sur le toit de la caserne des pompiers. Immense, près de deux mètres se dit-elle, des ailes comme celles des chauves-souris repliées dans le dos, la peau de couleur sombre à l'aspect rugueux, des oreilles pointues et des yeux ambrés. Sandra avait vu Galvin Nowless, mais elle était en train de contempler Theobaldus sous sa forme nocturne.

            Elle ouvrit la porte fenêtre et dirigea son esprit vers la gargouille qui braqua ses sens et son pouvoir vers elle. Marie laissa l'énergie magique de la créature l'envelopper avant de la renvoyer avec un message amical. Theobaldus resta un moment sasn bouger, puis s'envola pour la rejoindre.

            Une fois dans l'appartement, Marie referma le store tout en laissant la porte ouverte et examina la gargouille avec intérêt.

 

-         Nous n'étions pas censé nous rencontrer avant ce soir, mais je devais vous parler.

 

Theobaldus reste coi et détaille la jeune femme qui se tient nue devant lui sans paraître gênée. Tout en Marie lui rappelle Clarice. Même cheveux bruns presque fauves, même peau halée, même yeux verts émeraude. Il avait toujours eu des rapports particuliers avec les gardiennes. Il avait été leur protecteur, mais parfois plus avec certaines d'entre elles. Il se souvenait de la réaction lorsqu'il lui avait annoncé que Clarice et Shirley étaient enceintes de ses œuvres. Le fils de Cassandre était resté impassible, mais son regard avait révélé son incrédulité.

 

-         En es-tu certain ?

Theobaldus hoche la tête sans rien dire. Il a déjà aimé certaines des gardiennes, mais jamais il ne leur avait fait un enfant. Il sent Donhall troublé par sa révélation, lui qui a grandi et vécu hors du temps et est revenu pour mieux combattre sa mère n'a jamais pris le temps de penser à avoir des enfants.

-         C'est plutôt surpenant comme nouvelle. J'ignorais que tu pouvais procréer mon ami.

-         Moi aussi, Donhall… moi aussi.

Cette réponse surprend  le chef des protecteurs runiques.

-         Le doge est-il au courant ?

-         Pas encore… Elles m'ont annoncé la nouvelle en début de soirée.

-         Les prochaines gardiennes seront donc tes filles…

Theobaldus lève la tête. Il n'avait pas songé à cela. Les gardiennes accoucheront chacune d'une fille, tous ceux qui connaissent les règles fixées par Maritza le savent. Ces filles sont celles qui succéderont à leur mère le moment venu et ainsi le cycle des gardiennes de Maritza se poursuit depuis que l'ordre des Dragons est né. Mais, jamais il n'a été question que ces filles soient la progéniture de Theobaldus, car tous pensaient que la chose était impossible.

 

-         Ma tenue vous gêne ?

La gargouille sort de sa rêverie.

-         Non, mais vous me rappelez énormément une de vos aïeules.

-         Seigneur, mais depuis combien de temps vivez-vous, Theobaldus ?

-         Ma vie mortelle a commencé au quatorzième siècle, Marie.

-         Et celle que vous menez à présent ?

-         Mil trois cent quatre vingt-deux …

Marie reste bouche bée, elle s'attendait à quelque chose d'ancien, mais pas autant que cela. Elle pose la main sur le torse de pierre, Theobaldus frémit. Tout comme la main de Clarice, il ressent la chaleur de celle de Marie. Il se souvient de Clarice, le soir où elle avait été attaquée par les ombres devant la palazzo Abiatti.

 

            La rencontre avec Francesco Beltrame achevée, Clarice fut conduite dans un salon où un souper l'attendait. Lorsqu'elle entra, elle vit la créature qui l'avait sauvée devant la cheminée. Elle resta immobile un instant à regarder le large dos ailé, les jambes puissantes, il avat dû la sentir arriver car il se mit à lui parler tout en restant face vers la cheminée.

-         Je suis désolé d'être intervenu si tard, mais la nuit n'était pas complète lorsqu'ils vous ont abordé et ma transformation n'était pas achevée…

  La voix est douce, presque mélodieuse et son français est parfait.

-         C'est déjà fort aimable à vous de m'avoir tirée de leurs griffes.

-         Je vous en prie, c'est mon rôle de veiller à la sécurité des gardiennes de Maritza.

-         Je ne le suis pas encore.

-         Qu'importe, vous le serez tôt ou tard. A mes yeux, vous avez donc autant de valeur que votre mère.

Il se tourna pour lui faire face et elle sentit son cœur s'arrêter devant les yeux couleur ambre.

-         Vous semblez savoir qui je suis, messire. Mais, je ne peux en dire autant de vous.

-         Seigneur ! Vous dites vrai… Je suis Theobaldus.

Clarice sent le rouge lui monter aux joues.

-         Je suis honorée de rencontrer le seigneur gardien de nos personnes.

-         Trêve de cérémonie… L'époque ne s'y prête plus guère. Il faudra que je règle ce détail avec sa Seigneurie d'ailleurs. Mais, prends place et restaure-toi, tu dois être affamée. 

-         Oui, je n'ai plus rien avalé depuis que j'ai quitté Mestre.



15:52 Écrit par Masque | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

Commentaires

coucou un petit bonsoir en passant

Écrit par : coco | 23/08/2005

bonsoir et merci pour ce message

Écrit par : le doge | 23/08/2005

Coucou ! et gros bisous des étoiles.

Écrit par : Nicky | 23/08/2005

Hi there ... hello from Schaerbeek. Nice to meet you... see you next time !

Écrit par : Mateusz | 24/08/2005

Hello from Narinya yes it was nice to meet each others... i'll be there next time

Écrit par : le doge | 24/08/2005

Les commentaires sont fermés.