20/08/2005

Theobaldus (suite)

Mac Leod… le cinéma, puis la télévision ont rendu ce nom célèbre chez les amateurs de fantastique. La plupart associe maintenant le nom de Highlander au film du même nom… Mais, moi aussi je suis un Highlander et immortel de surcroît, mais je ne participe pas à des joutes à l'épée dans les ruelles des grandes villes pour m'approprier la force vitale de mes adversaires. Les Mac Leod sont devenus célèbres malgré eux, mais qui songent aux Mac Enzie, aux Mac Gregor, aux Mac Inkle et à tous les autres clans ?     

        Quoi qu'il en soit, si magie il y avait eu, j'étais le mieux placé selon les aînés du clan pour enquêter sur quel fourbe marché l'ennemi avait pu conclure et avec quelle créature surtout. L'Ecosse a toujours été une porte sur de multiples univers, mais tous leurs habitants ne sont pas animés de bonnes intentions.

        Je décidai de m'introduire chez les Mc Leod en arrivant par la mer des Hébrides où quelques membres des Mac Inkle avait établi une petite communauté de pêcheurs avec lesquels j'avais déjà noué quelques contact par le passé. J'attendis la pleine lune pour emprunter le passage vers l'île Lewis et me rendis chez le sage de la communauté pour lui demander son aide.

        Tout le monde voit l'Ecosse comme une terre très chrétienne, mais la pluaprt ignore que nous continuons à vénérer l'ancien culte et que nous honorons toujours la déesse. Sceller une alliance magique est une chose, mais s'en servir pour défaire un ennemi lors de ce qui devrait être un combat loyal en est une autre. De plus, de telles unions ne pourraient qu'attitrer l'attention des prêtres et, le Ciel nous en préserve, des Anglais dont les rois convoitaient l'Ecosse depuis toujours. C'est donc sans peine que j'obtins le soutien de Lleachlain Mc Inkle et que je partis à bord d'un de ses navires pour Gairloch où je trouvai refuge sous prétexte d'une dispute avec un insulaire qui avait été vaincu au terme d'un duel et dont la famille cherchait à venger la mémoire.

        Je m'intégrais assez bien pami les Mc Leod, pour ne pas avoir à combattre les miens, je me prétendis barde et chroniqueur. Ceux qui perpétuent la mémoire portent rarement les armes, s'ils étaient tués au combat qui relateraient les hauts faits du clan ?

        Durant les huit premiers mois, je n'observais rien de particulier à Gairloch ou aux environs, mais à Beltane, un événement nouveau se produisit. La fièvre avait décimé une partie des troupeaux des Mc Leod, les privant de viande et de ressources lainières capitales dans leur commerce. Gabhran Mc Leod et ses frères décidèrent alors d'aller voler des bêtes appartenant à Payton Mahoney. C'était sans compter que les Mahoney étaient apparentés aux Mc Enzie et que ceux-ci virent le vol des bêtes et la "leçon" infligé au vieux Payton d'un très mauvais œil. C'est Symon Mc Enzie lui-même qui vint réclamer justice auprès du conseil de Gairloch, mais Angus Mc Leod le renvoya aussi net en imposant, comme à chaque fois, sa volonté aux autres anciens du clan. Ce fut le début de mon histoire et d'une lutte qui rendit finalement les Mc Enzie maîtres de Gairloch.

 

Deux mois après le vol des bêtes du vieux Payton Mahoney, les Mc Enzie remportèrent une victoire écrasante sur les Mc Leod. Le soir des funérailles de ceux tombés à Loch na Curra, à la taverne, les cœurs étaient sombres et des dissenssions naissaient à propos du comportement de Gabhran  et de ses frères. Certains remettaient également l'attitude du conseil en question, certains se plaignaient des conséquences de la rancœur que portait le vieil Angus aux Mc Enzie depuis tant d'années. D'autres se lamentaient sur tant de jeunes tombés à la bataille et de l'effet de ces pertes sur le clan. Les esprits s'échauffaient au fur et à mesure que la bière coulait et on aurait pu assister à une petite révolution si Angus n'était pas entré dans la taverne avec son air sombre en défiant tous les mécontents de son regard perçant. Peu à peu, les voix s'étaient tues, les nez avaient plongé dans les chopes en terre cuite et le silence avait pris la place des clameurs. Pourtant, un homme avait gardé la tête haute face au patriarche du clan. Rory Mc Leod était le petit cousin d'Angus et un des seuls à Gairloch à oser lui tenir tête. Ses cheveux roux flamboyaient encore malgré ses quarante et un ans et son regard bleu acier soutenait celui de son parent sans ciller.

 

Je n'avais pas conscience à l'époque d'être en présence de deux mages presqu'aussi puissants l'un que l'autre. Angus était plus ancien que Rory, mais le pouvoir de ce dernier était supérieur à celui du vieil homme, bien qu'il ne le sache pas encore au moment de ces événements. C'est Angus qui rompit le silence.

 

-         Pourquoi me fixes-tu ainsi, Rory Mac Leod ?

-         Comment justifies-tu le désastre qui frappe notre famille en ce jour funeste, Angus ? Qu'as-tu à dire aux familles dont les fils à présent reposent avec la Mère ?

Je vis le chef du conseil serrer les poings  en entendant les reproches de son cousin.

-         Nous étions mal préparés, c'est tout. Depuis toujours j'insiste sur la nécessité de rester alerte en vue du combat contre ces maudits Mc Enzie. Mais, nul ne m'écoute et voilà le résultat !

Rory se leva entendant la réponse. Sa colère me frappa de plein fouet, plus tard je sus que lui et Angus ne se livraient pas seulement à une joute verbale, mais qu'une lutte de pouvoir avait commencée à l'insu de tous, peu ou pas versés dans la magie.

-         Quand donc cesserons ces querelles ridicules entre toi et les Mac Enzie ? Rester alerte au combat ? Et qui s'occupe des troupeaux durant ce temps-là ? Qui s'occupe des récoltes et du commerce ? Ta rancœur envers eux va nous ruiner et ils n'auront qu'à nous acheter pour se rendre maîtres de Gair Loch.

Cette dernière phrase claque comme un fouet dans l'air de la taverne et arracha un cri de rage à tous ceux qui étaient présents. Angus sentit qu'il perdait pied lorsque les têtes qu'il avait fait courber se relevèrent comme les roseaux après la tempête en le fixant d'un air inquisiteur. C'est alors qu'Angus prononça la phrase qui devait sceller mon destin.

-         J'ai décidé de demander à Marcellus de nous venir en aide. Il a toujours une dette envers moi, il n'a pu refuser lors de la rencontre de Loch Tollaidh, il ne le fera pas cette fois non plus.

Rory se figea et comprit qu'il avait perdu cette manche, il se dirigea vers la porte mais lança à son cosuin avant de sortir.

-         Tu sais ce que les prêtres pensent d'une telle alliance, Angus. Tu as toujours méprisé les avis et les traditions concernant les gens comme ce romain. Sache que si ta folie met en danger le clan et ses terres, je n'hésiterais pas à convoquer un Ting… Tiens-toi le pour dit !

La porte de la taverne claqua, faisant presque trembler les murs, Angus avait pâli sous la menace de son cousin, mais se reprit en quelques secondes. Quoi qu'il en était, j'avais la preuve que je cherchais, la défaite de Loch Tollaidh avait bien des causes magiques, Angus avait obligé un être magique à intervenir dans la querelle qui opposait les Mac Enzie et les Mac Leod, je n'étais encore qu'un novice, mais je savais qu'il avait enfreint au moins une des règles édictées par les Anciens. Il fallait que j'en sache plus sur Marcellus et sur la nature de ses pouvoirs avant de pouvoir regagner mon clan et de leur révéler ce que j'avais appris.

 

Je reprends mes esprits lentement, il ne s'est toujours pas dévoilé à moi, a pénétré dans ma mémoire, mais ne m'a fait aucun mal. Mon instinct me dit également qu'il a protégé Sandra et ses compagnons durant son introspection. Il ne nous semble donc pas hostile pour le moment. La pluie a cessé tout à fait et aucune énergie magique n'est à l'œuvre. Le jour ne va pas tarder à poindre et je devrais penser à prendre mon envol vers le collège Saint-Michel où un des Dragons m'a offert l'asile à mon arrivée. Je n'avais pas prévu que Sandra emménagerait aussi vite dans la maison de la place du Jeu de Balle, mais en volant la distance est ridicule.


11:37 Écrit par Masque | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

... bonjour le doge.................. ha la place du jeu de balles............... bisous!

Écrit par : la belle | 22/08/2005

souvenirs, souvenirs j'ai toujours eu un faible pour ce coin ;-)

Écrit par : le doge | 22/08/2005

Les commentaires sont fermés.