29/07/2005

Chapitre 2 : Cassandre Descrieux

Pâques enfin !

Marie est arrivée hier soir super agitée. On a parlé toute une partie de la nuit, je lui ai présenté Bruno qu'elle n'a pas arrêté de manger du regard, j'en étais gênée.

Après un réveil aussi pénible que tardif, nous avons décidé d'aller piquer une tête au "Calypso", notre bassin de natation fétiche depuis nos études à l'ULB. J'avais oublié combien c'était agréable de se laisser porter par l'eau sans penser à rien. Marie me dit toujours que je communie avec l'eau, c'est aujourd'hui que je me rend compte qu'elle n'a pas tout à fait tort.

Une fois ravigorées par notre séance de natation, nous avons été manger un bout au "Pickwick", avenue Buyl, autre lieu de souvenirs. Steak archiduc, pommes de terre vapeur pour moi, côtes d'agneau vert pré pour elle, un pichet d'un demi-litre de rouge pour nous deux. Vite avalé, addition réglée et nous voilà partie à l'assaut du grenier.

Dieu ! Quel fouillis lorsque nous sommes entrées ! Des malles, des anciens meubles. Un travail de titan en perspective pour faire le tri de tout cela. Armées de courage, nous nous sommes attelées à la tâche, nous avions monté ma radio-cd et mes cd de Pink Floyd. Souvenirs des périodes de bloque lorsque nous étions à la fac et que nos cerveaux étaient sous le point d'exploser.

Alors que nous beuglons "we don't need no education, we don't need no tought control…", j'ouvre un des meubles après avoir vidé deux malles d'objets étranges : robes de lin, couronnes de laurier séchées, divers ustensiles en bois, tablettes de pierre sur lesquelles sont gravés les mêmes signes que dans le carnet, je trouve des papiers officiels datant du début du vingtième siècle, un acte de propriété, encore un, pour cette villa en Italie et un autre…pour le château de Jannée. Dites-moi que je rêve, ils sont tous deux établis au nom de Catherine Alane, mon arrière grand-mère paternelle et au nom de Mathilde Snelly…l'arrière grand-mère de Marie. Sous le coup de l'émotion, nous sommes restées à nous regarder comme deux ronds de flanc pendant quelques minutes avant de poursuivre nos fouilles dans la plus grande expectative.

Dans un des tiroirs, nous avons fini par trouver une sorte de registre. Sur la première page il était juste écrit : "Ceci est l'histoire de Cassandre Descrieux, qu'elle serve de mise en garde pour celles à venir qui aurait à la crosier sur leur chemin". Nous nous installons sur une des malles et commençons la lecture

12 février 1710 château de Jannée, région de Ciney

Naissance de Cassandre Emilienne Louise Ghislaine Descrieux

L'accouchement s'annonce mal. Claire, la future maman, est de constitution fragile, elle a déjà fait trois fausses couches auparavant et s'apprête à donner naissance à un enfant, un mois avant le terme. Aucun médecin n'est présent, car l'orage et les pluies torrentielles ont rendu les routes impraticables. Le travail a commencé vers 10h, lorsque le soir tombe à 18h30, l'enfant ne s'est toujours pas présenté. Adrien, époux de Claire et intendant du château commence à craindre le pire. La mère et l'enfant vont certainement trépasser si le maître des lieux ne s'en mêle pas.

Le château appartient à Casimir Maleyvi, un seigneur étranger dont la famille a fait sortir le château de terre sur l'emplacement d'un donjon du XIIe siècle en ruine. Dans la région, on le soupçonne d'être un agent autrichien, mais nul ne lui fait des misères, car l'homme est un seigneur correct.

Casimir Maleyvi se rend auprès de Claire dès son arrivée au château et passe les trois quarts de la nuit auprès d'elle. Le 12, à trois heures du matin, Cassandre est née. La mère est faible, mais survivra, l'enfant quant à elle, se porte bien malgré le fait qu'elle soit prématurée.


10:33 Écrit par Masque dans Cycle 1 | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.