28/07/2005

Glavin Nowless 1

Nouveau mystère, j'ai trouvé des brochures sur le château de Jannée, situé dans le Namurois… Le château est devenu un lieu d'hébergement et de fêtes diverses, mais il semble que grand-mère n'était pas intéressée par le côté festif de l'endroit. Un petit carnet empli de signes inconnus était attaché aux brochures, on dirait des runes ou quelque chose du genre. Pourtant, jamais grand-mère ne m'a parlé de toutes ces choses. Intriguée, je suis retournée voir Bruno afin de lui demander son avis. Il m'aide à mettre les choses au clair et son opinion m'importe plus que je ne l'imaginais. Autre chose étrange, un homme se tenait devant le café de Bruno lorsque je suis arrivée. Plutôt grand, la trentaine, les cheveux noirs coupés courts, assez séduisant. Lorsque je me suis approchée, il m'a dévisagée étrangement, je lui ai demandé ce qu'il désirait et il m'a dit avoir rendez-vous avec Claire Manguel…

- Gand-mère est décédée depuis deux mois, monsieur ?

Il a paru surpris de cette nouvelle

- Depuis deux mois ? Mais… c'est impossible, ça ne devait pas se passer comme ça !

Tout à fait le genre de discours qu'il me fallait en ce moment…

- Que voulez-vous dire ? Et qui êtes-vous ?

- Elle ne vous a rien dit de moi ?

Il est bouché celui-là

- Non, j'ignore qui vous êtes et je ne comprend rien à votre discours !!! Alors, cessez de parler par énigmes et répondez-moi avant que je ne fasse un malheur !!!

- Excusez-moi, je me nomme Galvin Nowless, j'étais un…ami de votre grand-mère.

- Enchantée. Je n'ai pas trouvé votre nom dans son carnet d'adresse, sinon je vous aurais fait parvenir un faire-part de décès.

- C'est que je n'ai pas vraiment d'adresse… Je voyage pas mal.

- Ah… d'accord.

Ce bonhomme est étrange, pas antipathique, mais étrange. J'espère qu'il ne va pas m'annoncer qu'il était le gigolo de grand-mère sinon je pique une crise.

- Vous connaissiez grand-mère depuis longtemps, monsieur Nowless ?

- Un certain temps je dirais… C'est un peu long à expliquer.

Il se fout de moi là… Mais, il ne va pas s'en tirer comme ça le gaillard.

- Vous voulez entrer boire un café ? On parlera de grand-mère…

- Une prochaine fois peut-être, c'est très aimable à vous. Mais, j'ai des affaires à régler qui ne peuvent attendre. Je reviendrai bientôt je vous le promet.

Avant que j'ai eu le temps de protester, il avait tourné les talons et s'était enfoncé dans les rues en direction du Sablon. Me voilà avec des questions supplémentaires et pas plus de réponses. Ça m'énerve toute cette histoire !!!



18:40 Écrit par Masque dans Cycle 1 | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.